L’ORGANISME DE FORMATION

Sauve qui peut
Se forme qui veut

Se former en soins d’urgence

SAUVE QUI PEUT est né de l’initiative de professionnels de santé spécialisés en soin d’urgence qui se sont fixés le but de transmettre leurs compétences au plus grand nombre.

Basé à SAUVE, village dont le nom était prédestiné…. SAUVE QUI PEUT s’insère entre l’obligation de formation imposée par les dernières législations et la responsabilité civique, citoyenne de se former en soins d’urgence, « SE FORME QUI VEUT ».

Chaque année, environ 30000 à 50000 nouveaux cas de morts subites, le plus souvent extras hospitalières surviennent en France. Des efforts importants ont été réalisés ces dernières années en matière d’amélioration de la prise en charge de l’arrêt cardiaque :

Par le déploiement de la défibrillation automatisée précoce

Par l’éducation du grand public

Par la réactualisation des connaissances des professionnels de santé (1)

SAUVE QUI PEUT est un organisme de formation certifié et reconnu dont l’action s’inscrit dans une dynamique de santé publique.

Notre expertise et nos compétences d’enseignement ont été acquises au cours de nos parcours professionnels respectifs (service d’urgence et de réanimation, SAMU, Pompiers) ainsi que par le suivi de formations spécifiques (Diplôme Universitaire de Simulation en santé, Diplôme de formateur AFGSU, Instructeur et moniteur secourisme…).

« Dis-moi et j’oublie, Enseigne-moi et je me souviens, Fais-moi participer et j’apprends »

C’est selon cette maxime de Benjamin FRANKLIN que nous menons nos sessions de formation, dans une ambiance détendue et conviviale. Nous accordons une attention particulière aux acquis des participants et donc à la pédagogie utilisée par les formateurs.

Inscrits dans une démarche de qualité, nous travaillons avec des mannequins performants pour être au plus proche de la réalité lors de jeux de rôle et de mises en situation.

« Jamais la première fois sur un vrai patient » (2)

AFGSU I

AFGSU II

Réactualisation AFGSU

Secourisme (PSC1)

Formation et Enseignement par la Simulation en Santé

(1) Dans l’étude « d’Adrie et al. », la proportion de patients avec no flow supérieur à cinq minutes récupérant un niveau CPC 1 ou 2 atteignait cependant 9 % (contre 38 % lorsque le no flow était inférieur à cinq minutes). Ainsi, la durée de la réanimation initiale constitue un élément pronostique appréciable et la rapidité de cette prise en charge a aussi une incidence majeure sur le pronostic évolutif des patients.  

(2) « Never the first time on the patient », voilà la devise écrite en lettres d’or à l’entrée du Center for Medical Simulation (CMS) de Boston (MA, USA), devise reprise en français en janvier 2012 par les rapporteurs de la mission sur la simulation en santé demandée par la Haute Autorité de santé (HAS) au Pr. Granry et au Dr. Moll.